Logo version mobile
Agrandir le pénis est possible!
Le premier site réactif en français
Aussi disponible en
Inscrivez-vous maintenant
Cette page contient des notions utiles d'anatomie générale aussi bien pour les génitaux externes qu'internes.

Anatomie générale du pénis

Les organes génitaux masculins se divisent en deux grandes catégories, externes et internes.

Organes génitaux externes

Les organes externes sont le pénis et le scrotum. Commençons par le pénis.

Le pénis

Le pénis et toutes ses parties externesMalgré que le pénis semble n'être autre chose qu'un ballon qu'on peut enfler, c'est en réalité un organe très complexe. Il est fait par des tissus, des muscles (lisses), des artères, des veines, des corps spongieux, des corps caverneux et par des nerfs. Il commence à l'intérieur de votre corps et il termine par le gland, à plusieurs centimètres à l'extérieur du corps. Les dimensions du pénis commencent à se considérer à partir de son point de sortie de l'os pubien, jusqu'à la pointe du gland.

Les éléments de la tête du pénis: gland, prépuce, couronne, etc.Externellement, le pénis est constitué par les éléments suivants: base, tronc (ou verge), prépuce, couronne et gland. Le pénis est constitué par une partie cylindroïde (le corps ou la verge) et une partie conoïde (le gland). La structure principale de ces deux éléments principaux et de type vasculaire, à savoir un réseau de vaisseaux amplement communicants entre eux, où le volume du sang et la rigidité de la gaine de revêtement (l'albuginée), sont les conditions fondamentales pour la constitution de l'érection.

Le tronc du pénis est essentiellement constitué par trois colonnes de tissus érectiles:

  • Les deux corps caverneux
  • Le corps spongieux

Vue interne du pénisLes corps caverneux sont caractérisés par un tissu fibrillaire élastique qui peut être allongé jusqu'à quatre fois sa dimension basale pendant une érection. Le corps spongieux se trouve au milieu des deux corps caverneux et il revêt l'urètre. Au fur et à mesure que la surface du pénis s'approche du corps, les deux corps caverneux se fendent et ils sont ancrés à l'os pubien par une membrane dure. Le corps spongieux, au fur et à mesure qu'il s'approche de la tête du pénis, il s'expand pour devenir le gland.

Finalement, les corps caverneux sont revêtus par une membrane qu'on appelle albuginée. Le gland est la "tête" qui constitue la pointe du pénis. Tout autour de la partie inférieure du gland, il y a une marge appelée couronne. Dans la partie inférieure du gland où la couronne et le tronc se rencontrent, il y a une zone très sensible qu'on appelle frein. Et, pour terminer, le pénis est recouvert par une couche de peau rétractile qu'on nomme habituellement tégument du pénis, mais qui, en proximité du gland, on appelle prépuce. Certains nouveaux nés (mais également les hommes adultes) sont soumis à circoncision, c'est-à-dire, le prépuce est coupé en partie ou en totalité à l'aide d'un instrument médical qui s'appelle thermocautère, laissant le gland à découvert en permanence. Cette opération est très connue aussi bien dans l'histoire et la religion que dans l'actualité.

Mais il existe un autre problème aussi qui s'appelle phimosis, c'est-à-dire quand le précupe n'est pas suffisamment élastique pour découvrir le gland facilement. Il y a également un autre type de phimosis, dite non serrée. Quand on n'arrive pas à recouvrir le gland facilement, la condition est nommée paraphimosis. Dans tous ces cas, le patient, qui est souvent un enfant, est soumis à une circoncision partielle ou à une intervention dont le but est couper le filet quand ce dernier est responsable du problème.

L'érection

Au moment de l'excitation sexuelle, le tissu qui constitue les corps caverneux et le corps spongieux est irrigué par beaucoup de vaisseaux sanguins qui le gonflant, le durcissant. Les muscles de la racine des corps caverneux qu'on appelle muscles lisses, parce qu'ils ne peuvent pas être contrôlés par un acte de volonté, se détendent en provoquant un afflux forcé de sang à l'intérieur de ces vaisseaux sanguins et en causant ainsi le changement de dimensions et de consistance du pénis. Pendant une érection, le sang artériel remplit les cavités spongieuses du pénis et du gland. En même temps, le reflux de ce sang est bloqué par la contraction de sphincters vasculaires microscopiques. De cette façon, le sang artérieux reste "pris" à leur intérieur en déterminant donc la turgescence caractéristique de l'érection. C'est la albuginée qui se charge de maintenir la consistance de cette turgescence, tout comme la surface d'une balle se maintient solide quand la balle est pleine d'air. Quand l'érection termine, il a lieu le relâchement des sphincters vasculaires, en permettant le reflux du sang par le biais des veines du pénis.

Cette transition d'un pénis mou à un pénis plus rigide s'appelle érection. Dans le pénis, il n'y a ni os, ni cartilages et il n'y a que des muscles lisses. Après l'éjaculation, ou en cas de cessation des stimulations, le pénis revient à son état mou habituel.

Finalement, l'érection peut souffrir de troubles, aussi bien de dysfonction érectile (impuissance), que de priapisme, une érection fixe et constante qui ne se baisse pas, normalement causée par des troubles hormonaux ou d'abus d'administration d'hormones ou d'autres substances.

Le scrotum

Le scrotum est le tissu de peau qui revêt les testicules et qui en prend la forme. En d'autres termes, c'est la partie externe et visible des testicules. Toutefois, dans sa conformation physique, le scrotum est beaucoup plus complexe de ce qu'il paraît et, il s'agit en réalité d'une poche musculaire, moue et aux parois subtiles, qui contient deux compartiments où se trouvent les testicules. Au-dessous du tissu du scrotum, on trouve le muscle crémasterique, responsable du soulèvement et de l'abaissement des testicules. Le froid et d'autres stimulus causent le soulèvement de la poche, de façon à maintenir les testicules dans un état de forme optimal. Tandis que la chaleur ou la détente laissent le scrotum complètement mou.

Organes génitaux internes

Les organes génitaux internes sont naturellement plus complexes et nombreux que les externes.

Les testicules

Vue interne des testiculesLes testicules ont une forme ovoïde irrégulière et ils ont un axe vertical d'environ 3 cm et un diamètre moyen d'environ 2 cm. Ils sont revêtus par le scrotum et ils ont la fonction de produire le sperme et les hormones. Chez l'homme adulte, ils ont un poids moyen d'environ 30 grammes et ils se trouvent légèrement dénivelés l'un par rapport à l'autre. Le testicule qui pend le plus vers le bas est le gauche pour des raisons qui ne sont pas clairement connues. On pense que cette dénivellation des testicules sert à prévenir des entrechoquements douloureux et probablement dangereux entre les testicules quand l'homme marche. Les testicules ont deux fonctions: la production des spermatozoïdes et la production des hormones sexuelles masculines appelées androgènes (à ne pas confondre avec les oestrogènes qui sont les hormones féminines), desquelles la testosterone est la plus importante. La production des hormones par les testicules est évidente dès la naissance, mais elle augmente beaucoup vers la puberté, puis elle maintient un niveau haut stable pendant tout l'âge adulte et, finalement, cette production diminue pendant la vieillesse. La production des spermatozoïdes n'a pas lieu jusqu'à la puberté et elle est évidemment influencée par la production hormonale.

Les spermatozoïdes sont produits dans les testicules dans des tubules spéciaux qu'on appelle tubules séminaux, qui se trouvent au centre de chaque testicule et qui sont liés avec une suite de conduits qui transportent les spermatozoïdes vers d'autres organes importants, et, à la fin, en dehors du pénis, si c'est nécessaire. Dans chaque testicule, près des tubules séminaux, il y a de nombreuses cavités nommées interstitielles ou cellules de Leydig. Elles sont responsables de la production de la testostérone qui est sécrète directement dans les vaisseaux sanguins circonstants. La plupart des changements qui ont lieu pendant la puberté sont produits par une plus grande quantité de testostérone qui coule dans le corps.

Pendant l'excitation sexuelle, les testicules s'étendent à cause du sang qui remplit leurs vaisseaux sanguins. Après l'éjaculation, les testicules reviennent à leurs dimensions habituelles. Quand on est près de l'éjaculation, les testicules sont retirés très près du corps, pour retourner à leur position habituelle après l'éjaculation. Comme nous avons déjà vu, les testicules s'approchent du corps dans les moments de peur intense, de colère ou dans des conditions de froid. Ce rapprochement/éloignement des testicules est un système de protection de la fertilité. Les testicules ont besoin de rester à une température d'un degré ou deux plus basse par rapport au reste du corps, sinon, ils ne seraient pas en condition de produire les spermatozoïdes. Par conséquent, quand il fait chaud ou dans d'autres situations, les testicules s'éloignent du corps et de sa chaleur; quand il fait froid, ils s'approchent afin de maintenir une température uniforme.

Les epididymes

Les épididymes: forme et structureL'épididyme est un petit relief qu'on peut apprécier sur la partie supérieure de chaque testicule, lorsqu'on consulte n'importe quelle image anatomique des testicules. Internement, les épididymes ont une forme de tuyaux étroitement enveloppés qui adhèrent à la surface de chaque testicule. Les épididymes ont une fonction d'emmagasinement et de maturation des spermatozoïdes. Après que ces derniers ont été produits, ils sont conservés dans les épididymes jusqu'à quand ils sont éjaculés, détruits ou absorbés par le tissu circonstant.

Les conduits déférents

Vue d'ensemble de l'appareil génital masculin et de toutes ses partiesLes conduits déférents (ou vaisseaux déférents) ont la fonction de transporter les spermatozoïdes des testicules, où ils sont produits, aux autres organes de l'appareil génital. Etant directement connectés aux épididymes, ils passent à travers le scrotum où ils conduisent les spermatozoïdes à la vessie séminale et à la glande prostatique, où ils sont mêlés avec d'autres fluides produits par ces organes, formant ainsi le sperme (ou la semence). La longueur de chaque conduit déférent est d'environ 40-45 centimètres.

La vasectomie

C'est sur les conduits déférents qu'on applique la vasectomie, c'est-à-dire l'opération chirurgicale visant à rendre stérile un homme qui ne souhaite pas avoir des enfants. Cette opération consiste à couper les vaisseaux déférents à l'intérieur du scrotum et à les joindre, ou bien à extirper une partie de ces derniers. De cette façon, on empêche aux spermatozoïdes d'arriver aux autres organes comme les vessies séminales et la glande prostatique. L'homme stérilisé est encore capable d'éjaculer, mais dans son fluide il n'y a pas de spermatozoïdes. Ces derniers, ne pouvant pas sortir des testicules, sont détruits et absorbés comme dans le cas des spermatozoïdes qui ne sont pas éjaculés. La semence qui sort d'un homme qui s'est soumis à la vasectomie apparaît exactement identique à celle d'un homme fertile. La différence se voit seulement au microscope. Et, si l'homme stérilisé change d'avis, il peut toujours se soumettre à une nouvelle opération, où les conduits déférents sont restaurés à leur état original.

La vasectomie n'a aucun effet sur la libido et sur la puissance en général, mais elle reste toujours une intervention chirurgicale et, comme telle, il vaut mieux l'éviter, à moins d'être complètement sûr de vouloir le faire.

Les vessies séminales

Elles ont des dimensions d'environ 8 cm de longueur et elles sont repliées sur elles-mêmes. Elles se trouvent au-dessus de la prostate et respectivement aux deux côtés de celle-ci. Les vessies séminales sécrètent un fluide semblable au glucose (le fructose) qui s'unit aux spermatozoïdes et au liquide prostatique dans les conduits éjaculatoires après que les spermatozoïdes, en sortant des épididymes, ont traversé les conduits déférents. Ce liquide séminal a la fonction de nourrir les spermatozöides et de les faire fluer plus rapidement. Il paraît que la concentration de fructose dans une éjaculation normale est tellement haute qu'elle arrive à une valeur nutritionnelle d'environ 6 calories.

Les glandes de Cowper

Les glandes de Cowper sont de petites glandes situées au-dessous de la prostate à chaque côté de l'urètre. Il s'agit des glandes responsables de la sécrétion d'un liquide séminal qui est sécrété normalement lors de l'excitation sexuelle dans l'urètre et qui sort en petites quantités de celle-ci. Il s'agit pratiquement de la fameuse "perte" qui sort du pénis quand l'homme est sexuellement excité. Cette petite quantité est sécrétée directement dans l'urètre et elle peut contenir de petites quantités de spermatozoïdes et d'autres fluides séminaux. Cela veut dire que ce fluide peut potentiellement féconder une femme pendant la pénétration, même si après l'homme éjacule en dehors du vagin. Le risque de grossesse est relativement petit, mais réel. Donc, le fait d'éjaculer en dehors du vagin ne représente pas une bonne méthode de contraception et il peut nuire soit du point de vue de l'expérience sexuelle, soit du point de vue physique, car un tel comportement peut, à long terme, enflammer la prostate.

Le fluide sécrété par les glandes de Cowper est alcalin. Sa fonction est celle d'aider à neutraliser l'environnement acide de l'urètre et de prolonger la vie des spermatozoïdes après l'éjaculation.

La prostate

Immédiatement au-dessous de la vessie on trouve la prostate, qui est une formation anatomique de l'appareil urogénital, communément décrite à forme de cône écrasé et renversé. Elle a quatre côtés qui continuent l'un sur l'autre et avec des coins arrondis. Les mesures d'une prostate normale sont d'environ 40 mm de long, 30 mm transversalement et 25 mm antéroposteriorement. Elle a un poids qui varie des 15 aux 20 grammes.

La prostate est appuyée à la base de la vessie, à laquelle elle adhère avec des structures de soutien très robustes; elle est, en outre, maintenue sur place par de multiples ligaments qui l'ancrent aussi bien aux os du bassin (antériorement au pubis), qu'à d'autres structures anatomiques de soutien (diaphragme urogénital en bas).

La prostate se compose d'un certain nombre de sections, nommées lobes ou acinus. La fonction de la prostate est produire et emmagasiner dans ses acinus glandulaires le liquide prostatique qui s'unira au liquide sécrété par les vessies séminales. Le liquide sécrété par la prostate sert également à fournir le nourrissement et le carburant des spermatozoïdes contenus dans le sperme à son tour emmagasiné dans les ampoules déférentes. Bien que, par commodité, on dit normalement que la prostate catapulte le sperme en dehors du pénis pendant l'éjaculation, en réalité ce sont les muscles périprostatiques qui se chargent de cette fonction, en combinaison avec le muscle pubo-coccygien. La prostate ne sert que d'intermédiaire, comme la poche d'une fronde. Ce sont les muscles qui environnent la prostate qui exercent la force et donnent l'impulsion à la semence, tout comme c'est l'élastique et pas la poche qui lance les pierres dans une fronde.

Plus de quatre-vingt-quinze pour cent du fluide séminal est composé: par le liquide prostatique (>35%) et par le fluide des glandules séminales (environ 60%). Seulement moins de 5% de la semence est composé par des spermatozoïdes.

La prostate est un organe qui teng facilement aux inflammations, tant spontanées que bactériennes, et beaucoup d'hommes souffrent de prostatite chronique, c'est-à-dire une inflammation de la prostate qui est difficile à traiter et qui peut durer beaucoup de temps et même revenir fréquemment. Si l'inflammation est trop aiguë, la prostate peut s'enfler en causant de sérieux problèmes à tout l'appareil urogénital et elle peut être même l'une des causes de l'impuissance.

Les conduits éjaculatoires

Les conduits éjaculatoires sont les canaux de conjonction entre le bout des conduits déférents et les vessies séminales. Ils se trouvent à l'intérieur de la prostate et ils ont une longueur d'environ deux centimètres et demi et ils conduisent directement à l'urètre. C'est là que la semence s'accumule pendant un rapport sexuel. Quand l'homme est près de l'orgasme, il traverse ce fameux stade nommé "point de non-retour", moment à partir duquel l'orgasme est inévitable et il est accompagné par une éjaculation conséquente. Même si l'orgasme et l'éjaculation semblent être la même chose, ils sont en réalité deux entités différentes qui ont lieu en même temps. C'est par un réflexe spinal que la semence accumulée dans les conduits éjaculatoires est expulsée vers l'extérieur par l'urètre, sous forme d'éclaboussures qui peuvent être de trois à huit en peu de secondes. L'éjaculation correspond donc à la sortie du sperme, alors que l'orgasme est simplement la libération des tensions neuromusculaires accumulées pendant le coït.

L'urètre

L'urètre masculin est le canal qui commence de la vessie, qui traverse la prostate et toute la longueur du pénis jusqu'à la pointe du gland. Il est long une vingtaine de centimètres et a principalement deux fonctions: éliminer l'urine et expulser le sperme lors de l'éjaculation.

A. Langueduc






[Fermer]

Ce site est réactif. qu'est-ce que cela veut dire? Essayez de redimensionner la largeur de la fenêtre et vous verrez. La disposition de la page et son architecture changeront selon la taille de l'affichage. En d'autres termes, peu importe si vous utilisez un ordinateur grand écran, un iPhone ou même un Nokia N70. Ce site se verra bien indépendamment de l'écran!

De nos jours, un nombre de plus en plus croissant d'utilisateurs se connectent en utilisant des dispositifs mobiles. Non seulement les sites doivent s'adapter à n'importe quelle taille d'écran, mais ils doivent également être légers, car certains appareils utilisent des connexions lentes ou payantes selon la taille des données envoyées ou reçues. Tout ce qui était vieux est déréchef nouveau! Adieu sites flash (qui sur les Mac et iPhone ne se voient même pas) ou les layouts à images!

Il était donc indispensable sacrifier la commodité des utilisateurs les plus conservateurs aux nouvelles exigences d'aujourd'hui (si l'on pense aux gens qui utilisent encore de vieilles versions d'Internet Explorer et qui sont de moins en moins nombreux). Il est ainsi né le paradigme de technologie liquide. Ce site n'est pas comme beaucoup d'autres qui ont une version régulière et une version mobile. Il a une seule version qui s'adapte à n'importe quel dispositif.

Nous sommes fiers d'annoncer que désormais notre site aussi est l'un des premiers qui sont prêts pour le Web 3.0 et qui va en ligne avec l'avenir, étant universalement compatible. Et nous restons dans l'espoir qu'il vous plaira aussi.


[Fermer]