Logo version mobile
Agrandir le pénis est possible!
Le premier site réactif en français
Aussi disponible en
Inscrivez-vous maintenant
L'abstinence sexuelle pour un athlète est-elle réellement nécessaire? Et serait-elle valide seulement pour les sportifs professionnels de hautes performances ou est-elle valable pour toutes les situations? Quel est le bilan final du rapport entre sexe et activité sportive?

Pas de sexe avant le match?

Entre mythe et réalité, les véritables implications et conclusions scientifiques sur l'impact du sexe dans le sport

Le fait qu'un athlète doit limiter le sexe pour pouvoir donner le maximum pendant une compétition sportive est un fait connu depuis les temps de Platon et il est aujourd'hui sujet à de nombreux débats. Malgré que la science ait récemment démontré qu'il n'existe pas d'évidence du fait que l'activité sexuelle avant un événement sportif ait des implications négatives sur cette dernière, la plupart des athlètes préfèrent s'abstenir du sexe avant un entraînement ou une compétition sportive et la plupart des entraîneurs continuent à conseiller une telle abstinence.

S'agit-il d'un mythe qui ne se démentira qu'avec le temps, ou y a-t-il du vrai dans ces pratiques de discipline sportive? Il y a du vrai et du faux dans les deux positions. Le fait d'éviter le sexe pour un athlète ne peut avoir que des implications momentanées, mais il ne peut absolument pas avoir des effets négatifs à moyen et long terme. Veuillons étudier la question plus dans le détail.

Le rapport entre activité sexuelle et performances physiques est relatif et il peut être bénéfique pour certains aspects et nuisible pour d'autres.

Aspects positifs et négatifs du sexe dans le sport

L'obtention de l'orgasme favorise la production d'endorphines qui sont le résultat de la libération des tensions du corps et de l'assoupissement typique ayant lieu après un rapport sexuel. Ceci fait du bien au stress, mais contribue aussi à réduire la capacité de force et de résistance lors d'une pratique sportive. Toutefois cet effet est appréciable surtout dans les deux heures suivant l'acte sexuel et il disparaît complètement le jour après.

En revanche, l'activité sexuelle améliore la capacité cardio-vasculaire et elle favorise une majeure production de testostérone chez l'homme (sur cela tous les endocrinologues sont d'accord) et réduit les douleurs musculaires chez la femme, selon ce qui affirme Barry Komisaruk, professeur de psychologie à la Rutgers University de Newark (New Jersey). Donc le sexe ne travaille pas au détriment du sport, à condition qu'entre les deux il y ait un bon repos. Il y a plus: l'on a démontré que l'homme qui n'éjacule pas pendant une période de deux mois (qui correspond à la période typique d'abstinence sexuelle d'un boxeur, par exemple) enregistre une baisse dans sa production de testostérone jusqu'à des niveaux d'un enfant. Il découle que l'excitation sexuelle et l'éjaculation favorisent cette production, en facilitant donc le développement des muscles et de l'agressivité. Donc, entre le sexe et le sport il y a juste une question de timing: il suffit de choisir les moments appropriés pour faire chaque chose et la combinaison s'avère parfaite.

Diverses études ont été effectuées à propos de l'impact du sexe sur différentes disciplines sportives mettant en jeu la force aérobique, la résistance et la résistance à la force et la conclusion a été que ni les athlètes ayant eu des rapports sexuels ni ceux qui avaient choisi l'abstinence ont enregistré des avantages significatifs les uns sur les autres. Ceci suggère que le sexe n'entre pas en ligne de compte ni positivement, ni négativement, même s'il demeure vrai le fait que l'activité sexuelle améliore la résistance à la douleur et favorise la production hormonale. Mais la différence n'est pas aussi marquée, car si le sexe était un facteur d'avantage majeur sur les performances sportives, il serait même interdit, étant considéré comme une sorte de dopage.

Les avantages généraux du sexe

De ce qui a été dit jusqu'à présent, il découle que le sexe ne peut pas être considéré comme un gaspillage d'énergie en soi. Il est sûrement à éviter le même jour d'un entraînement ou d'une compétition, spécialement avant. Mais entre un jour et l'autre, il ne représente pratiquement aucun désavantage énergetique.

Nous présentons ici une liste d'effets bénéfiques qui dérivent d'une pratique sexuelle régulière.

  • Avant tout, il aide à éviter le stress et les pensées négatives. En effet l'orgasme libère de l'ocytocine, une hormone aidant à annuler temporairement les émotions négatives comme peur ou anxiété.
  • Les endorphines, seule cause de la perte temporaire d'énergie au cours des quelques heures successives à une activité sexuelle, réduisent les sentiments dépressifs, en favorisant l'euphorie, le sens de bonheur et la bonne humeur.
  • La prolactine, hormone également libérée après l'orgasme améliore le sens de l'odorat, en stimulant la production de nouvelles cellules dans le bulbe olfactif.
  • Il améliore la circulation sanguine et rend le cœur plus fort, car le sexe lui-même constitue une activité sportive à part entière. Il tonifie, en outre, plusieurs groupes musculaires, tels que le dos et la région fessière.
  • Outre aux endorphines et à l'ocytocine, le sexe favorise une majeure production d'œstrogènes, en réduisant de façon générale le sens de la douleur chez les femmes.
  • Il hausse le système immunitaire. Rien qu'un rapport par semaine suffit pour incrémenter la réponse immune de plus de 30 %.
  • L'ocytocine libérée par l'orgasme favorise et améliore la qualité du sommeil, surtout chez les hommes.

Le bilan

Mais alors, si le sexe donne un si grand nombre de bénéfices même dans un contexte sportif, pourquoi il ne serait pas interdit par les organisations sportives avant les compétitions importantes? Simplement parce qu'il s'agit d'une activité naturelle à la portée de tous, non pas d'un truc incorrect. C'est comme un culturiste qui, avant une compétition, ne mange pas de viande. C'est un désavantage évident, pourtant il ne peut pas être pris en considération, car il s'agit d'un choix d'alimentation personnel que chacun peut avoir ou non.

Mais d'où vient-il ce mythe?

Il remonte à la Grèce ancienne, quand l'on croyait que la semence était une source de vie et d'énergie et l'on considérait qu'avec l'éjaculation, l'homme perdait toute sa force et énergie vitale.

Il y a sûrement du vrai dans ces croyances, mais à ce temps là il n'existait pas les connaissances scientifiques d'aujourd'hui et on ne pouvait donc savoir que le gaspillage d'énergie dû à l'éjaculation n'est que momentané, à savoir, un homme peut perdre de la vigueur dans les quelques heures suivantes l'activité sexuelle, mais cette énergie sera rétablie et intensifiée le jour après à cause du fait que, au réveil après le repos, les testicules produiront plus de testostérone avec plus d'efficacité.

La science a conclus que dix heures après le sexe sont pleinement suffisantes à une récupération totale. Mais, pour être vraiment exact, une nuit de repos est absolument l'idéal.

A. Langueduc





[Fermer]

Ce site est réactif. qu'est-ce que cela veut dire? Essayez de redimensionner la largeur de la fenêtre et vous verrez. La disposition de la page et son architecture changeront selon la taille de l'affichage. En d'autres termes, peu importe si vous utilisez un ordinateur grand écran, un iPhone ou même un Nokia N70. Ce site se verra bien indépendamment de l'écran!

De nos jours, un nombre de plus en plus croissant d'utilisateurs se connectent en utilisant des dispositifs mobiles. Non seulement les sites doivent s'adapter à n'importe quelle taille d'écran, mais ils doivent également être légers, car certains appareils utilisent des connexions lentes ou payantes selon la taille des données envoyées ou reçues. Tout ce qui était vieux est déréchef nouveau! Adieu sites flash (qui sur les Mac et iPhone ne se voient même pas) ou les layouts à images!

Il était donc indispensable sacrifier la commodité des utilisateurs les plus conservateurs aux nouvelles exigences d'aujourd'hui (si l'on pense aux gens qui utilisent encore de vieilles versions d'Internet Explorer et qui sont de moins en moins nombreux). Il est ainsi né le paradigme de technologie liquide. Ce site n'est pas comme beaucoup d'autres qui ont une version régulière et une version mobile. Il a une seule version qui s'adapte à n'importe quel dispositif.

Nous sommes fiers d'annoncer que désormais notre site aussi est l'un des premiers qui sont prêts pour le Web 3.0 et qui va en ligne avec l'avenir, étant universalement compatible. Et nous restons dans l'espoir qu'il vous plaira aussi.


[Fermer]