Logo version mobile
La sexualité masculine au naturel
Ce site est réactif
Disponible aussi en
Inscrivez-vous maintenant
Attention: ce site n'est pas un site ce caractère médical et son but n'est pas celui de donner un avis de ce genre. L'équipe qui travaille pour ce site ne pratique pas la médecine et les méthodes présentés dans ce produit ne constituent pas une approche ou une thérapie médicale. Ce site se consacre à l'amélioration de la sexualité par des techniques 100% naturelles. Il s'agit donc d'un entraînement qui peut ou non être accompagné par des produits intégrateurs d'herboristerie. Méfiez-vous des sites comme le nôtre qui s'attribuent une orientation médicale. Pour en savoir plus, cliquez ici.

Considérations (socialement) révolutionnaires sur l'homosexualité

Qu'est-ce que c'est l'homosexualité? Quelle pourrait être la définition exacte? Nature ou comportement? Essayons. L'homosexualité est une tendance latente qui est prédominante chez certains individus et concerne toute la personne dans son ensemble. Elle est définie comme une manière d'être totale, ce n'est pas une maladie, elle n'est pas réversible et repose sur des bases biologiques, génétiques, hormonales, psychologiques et neuro-anatomiques.

Quelles sont les causes de l'homosexualité? Pourquoi les homosexuels sont tels?

Les mécanismes biologiques exacts qui règlent l'attraction ne sont pas scientifiquement connus. Pour cette raison il a toujours été difficile répondre à la question si un homosexuel est tel pour des questions de choix ou pour des raisons biologiques et génétiques. Mais après cette question, una autre question surgit immédiatement: l'attraction hétérosexuelle de quoi dépend-elle? Pourquoi, le plus souvent nous ne nous sentons attirés vers un genre et seulement vers certains individus de ce genre? Et une troisième question vient tout de suite à l'esprit: en quoi l'attraction hétérosexuelle et l'attraction homosexuelle se différencient-elles? Car, les deux attractions reposent évidemment sur une base commune, à savoir l'attraction sexuelle vers d'autres personnes. Une attraction qui dépend de beaucoup de facteurs hormonaux, génétiques, existentiels et psychologiques. Au point qu'il existe des personnes qui n'éprouvent attraction vers rien. On dit que Mickael Jackson était une de ces personnes.

Tout ceci ouvre une question bien intéressante que voici: si la relation entre sexe et gènes était une relation nette, le comportement sexuel pourrait être expliqué de façon rigoureuse et beaucoup de troubles pourraient être remédiés par des approches pharmacogénétiques. Le fait est que la science n'est pas encore en mesure de donner des réponses exactes à ces questions.

Malgré l'ignorance par rapport au fonctionnement exact de la conduite sexuelle, il résulte clair cependant que n'importe quel type d'attraction repose sur les même principes, desquels dépendent les vaiations qui déterminent l'orientation sexuelle. Et ces composantes de base qui règlent l'attraction sont encore complètement inconnues.

La différence entre une orientation et une autre est psychologique, endocrinienne, neuro-anatomique ou génétique? C'est un peu toutes ces choses ensemble. On a vu que c'est une manière d'être globale, non séparable, on ne peut pas la décomposer, la réduire, la simplifier, elle n'est pas un choix de l'individu, elle n'est pas modifiable ou réversible, ne peut pas être transmise d'une personne à une autre et se reflet sur tout l'individu, aussi bien du point de vue physique que psychologique.

Donc, les théories pseudo-scientifiques qui parlent de gènes gay ou les positions religieuses qui soutiennent les mythes de l'orientation réversible sont toutes les deux superficielles et incomplètes, elles ne servent qu'à désinformer et détourner les idées, car dans les véritables milieux scientifiques le débat sur l'homosexualité a été déjà clos depuis belle lurette au point que l'organisation mondiale de la santé (OMS), retira, déjà en 1974, l'homosexualité de la liste des pathologies connues.

Comment l'on devient gay?

Les mécanismes sur comment on arrive à développer une orientation sexuelle ne sont pas exactement connus, mais la chose sur laquelle tous les scientifiques sont d'accord est que l'on naît gay. Evidemment, nous avons tous une tendance homosexuelle latente, sinon l'auto-érotisme n'existerait pas et l'attraction envers nous-mêmes démontre cette latence. La seule différence est que chez les gays, cette tendance, à cause des variations biologiques qui règlent l'attraction sexuelle, est prédominante. Les étapes de la vie où les personnes découvrent leur orientation sont variables, mais dans la plupart des cas, ceci a lieu dans la préadolescence et se développe pendant l'adolescence. Les étapes de cette découverte sont communes: surprise, négation, prise de contact social et acceptation de son orientation. Ce qui est certain est que la personnalité gay se développe avec beaucoup d'avance par rapport à l'orientation sexuelle. C'est évident qu'obliger une personne gay de se comporter de façon contraire à sa nature met sérieusement en danger sa santé et son équilibre psychologique. Donc, il est absurde d'essayer de convaincre à un gay de devenir hétérosexuel.

De ce que nous venons de voir, on déduit que la ligne de division entre l'homosexualité et l'hétérosexualité n'est pas toujours nette. Pour le fait même que nous avons tous une tendance homosexuelle latente, il est parfaitement possible que certains individus parfaitement hétérosexuels aient eu au cours de leur vie sexuelle des expériences homosexuelles sans que cela signifie nécessairement qu'ils sont gays ou qu'ils le deviendront. Il existe, de plus, la bisexualité, même si le comportement semble être répandu et légitimement authentique plus chez les femmes que chez les hommes, en ce sens qu'un home bisexuel peut parfaitement être un homosexuel qui n'a encore pris d'orientation définitive, alors que chez une femme la bisexualité est beaucoup plus une orientation en soi que le résultat d'une indécision. Mais il ne faut pas trop catégoriser.

Il existe des comportements et des degrés divers d'homosexualité. Il suffit de penser à la différence entre le gay "masculin" et la tantouse, ou à la manière d'être actif vs passif, mais nous ne sommes pas en train de parler seulement de cela. Il y a également la transsexualité, le transformisme et le travestisme. Un transsexuel a le corps d'un genre différent par rapport à son genre psychologique. Il peut être, par exemple, une femme à tous les effets née avec le corps d'un homme. Parfois, ces accidents ont des implications même anatomiques, par exemple le pénis d'un transsexuel peut ne pas arriver à se développer comme celui d'un homme. Le transformiste donne du spectacle et il s'habille avec des vêtements de l'autre genre, sans être nécessairement homosexuel. Le travesti est souvent un homosexuel qui éprouve du plaisir en portant des vêtements de l'autre sexe. Tous ces individus peuvent être des hommes ou des femmes.

Homosexualité et développement du cerveau

Des études récentes, et en particulier, une étude effectuée en Suède en 2008, grâce à la scansion numérique, a révélé qu'il y a des différences observables dans la structure et sur le développement du cerveau. On sait que la façon d'utiliser les hémisphères cérébraux et certaines habiletés peuvent varier selon le genre. Le cerveau des hommes est plus développé à droite et moins symétrique par rapport à celui des femmes. Ces différences existent même à niveau de l'amygdale, la partie primitive qui règle les instincts émotionnels. On a découvert et démontré que le cerveau d'un homme hétérosexuel est plus semblable à celui d'une lesbienne, plutôt qu'à celui d'un homme homosexuel, lequel a des structures cérébrales plus semblables aux femmes. En général, les différences émotionnelles et cognitives sont beaucoup plus semblable entre femmes et hommes gay ou entre lesbiennes et hommes hétéro. Par exemple, les hommes hétéro ont plus de capacités spatiales, alors que les femmes et les hommes gay sont plus fluides dans le langage et arrivent à dérouler diverses fonctions en même temps sans se tromper ou sans en oublier une, ainsi, ils sont également plus adaptés à des travaux qui demandent de la patience et de la précision et font attention aux détails.

Les étapes de compréhension et acceptation de l'homosexualité

Même si nous naissons homosexuels, nous ne le savons pas dès la naissance, mais nous nous en rendons compte peu à peu, parfois même après avoir vécu une ou diverses relations hétérosexuelles, même si généralement, le cas le plus typique, comme déjà obsrvé, est s'en rendre compte pendant la préadolescence. Et, évidemment, au début c'est un shock, surtout si nous découvrons notre véritable orientation en âge prépuberté. Ce qui est pire dans ce cas est le partager avec les autres, surtout avec la famille, la nouvelle réalité au début n'est pas du tout facile à accepter, même si cette situation peut varier entre un individu et un autre.

Au shock suit la négation. La découverte récente de sa propre homosexualité devient d'abord un complexe, un facteur de honte, donc une négation face à soi-même et aux autres. Parfois cette négation est forte au point de rester inconsciente, en d'autres termes, les signes visibles de l'orientation sexuelle sont "refoulés", supprimés du point de vue psychanalytique, ce qui explique une des raisons du pourquoi certains homosexuels se découvrent tardivement.

Le compositeur Tchaikowsky a vécu sans jamais trouver la paix précisément parce qu'il ne réussissait pas à accepter sa propre homosexualité et il a passé sa vie à la réprimer. De nos jours, l'homosexualité est vue avec beaucoup plus de tolérance et, étant donné qu'à la fin la nature réclame toujours sa place, l'homosexuel finit toujours pour le confier à quelqu'un et il arrive inévitablement une étape d'acceptation de son orientation. Le fait de partager ces choses avec les autres nous donne un soulagement profond et, avec le temps, nous nous habituons à la nouvelle réalité et nous finissons par l'accepter, car nous ne pouvons pas finalement éviter de suivre nos tendances les plus profondes.

Donc, on prend la décision finale et la plupart des individus gay, non seulement l'acceptent, mais ils développement même ce qu'on nomme l'«orgueil gay».

Conclusion

Nous avons vu comme, selon la science, l'homosexualité est une façon d'être soutenue par des bases biologiques où la prédominance de certains gènes, hormones et ainsi de suite, font de façon que la tendance homosexuelle latente devienne prédominante. Ceci signifie que l'on ne choisit pas de devenir gay, on n'arrive pas à un certain point de la vie où l'on prend la décision de changer d'orientation sexuelle, ou bien où l'on décide de changer par vice... et l'on n'arrive non plus à l'homosexualité pour avoir eu trop de partenaires de l'autre sexe ou avoir été déçu de certains partenaires hétéro. Il ne s'agit que de mythes. Même ceux qui découvrent leurs tendances à 30 ans ont toujours eu dans leur nature cette tendance, même s'il s'agit d'une simple bisexualité.

A. Langueduc

Artpenis.com

savoir-femme.com



[Fermer]

Ce site est réactif. qu'est-ce que cela veut dire? Essayez de redimensionner la largeur de la fenêtre et vous verrez. La disposition de la page et son architecture changeront selon la taille de l'affichage. En d'autres termes, peu importe si vous utilisez un ordinateur grand écran, un iPhone ou même un Nokia N70. Ce site se verra bien indépendamment de l'écran!

De nos jours, un nombre de plus en plus croissant d'utilisateurs se connectent en utilisant des dispositifs mobiles. Non seulement les sites doivent s'adapter à n'importe quelle taille d'écran, mais ils doivent également être légers, car certains appareils utilisent des connexions lentes ou payantes selon la taille des données envoyées ou reçues. Tout ce qui était vieux est déréchef nouveau! Adieu sites flash (qui sur les Mac et iPhone ne se voient même pas) ou les layouts à images!

Il était donc indispensable sacrifier la commodité des utilisateurs les plus conservateurs aux nouvelles exigences d'aujourd'hui (si l'on pense aux gens qui utilisent encore de vieilles versions d'Internet Explorer et qui sont de moins en moins nombreux). Il est ainsi né le paradigme de technologie liquide. Ce site n'est pas comme beaucoup d'autres qui ont une version régulière et une version mobile. Il a une seule version qui s'adapte à n'importe quel dispositif.

Nous sommes fiers d'annoncer que désormais notre site aussi est l'un des premiers qui sont prêts pour le Web 3.0 et qui va en ligne avec l'avenir, étant universalement compatible. Et nous restons dans l'espoir qu'il vous plaira aussi.


[Fermer]